VACANCES PARLEMENTAIRES , KOLWEZI : PATRICK THIERRY ANDRE KAKWATA EN COMPLÈTE HARMONIE AVEC SA BASE

KOLWEZI : PATRICK THIERRY ANDRE KAKWATA EN COMPLÈTE
HARMONIE AVEC SA BASE

C ’est pour rendre compte des lois votées lors de la session de mars 2017 à l’Assemblée na-
tionale mais aussi recenser les préoccupations des communautés que le député national Pa-
trick Thierry André Kakwata a séjourné à Kolwezi, chef-lieu de Lualaba (son fief électoral).

Il a pris son temps pour sillonner les diffé-rents coins de la ville de Kolwezi et, maintes fois,
en compagnie de la population. Entre l’élu et sa base, l’approche a été très inclusive, démocratique et
pédagogique. C’est en langue nationale, que Patrick Thierry André Kakwata a restitué aux populations les
lois votées au cours de la session de mars 2017 avant d’écouter et de recenser les préoccupations descommunautés.
Il a promis de les transmettre à qui de droit. Entre l’élu et sa base, l’approche a été très inclusive. Les préoccupations propres au terroir ont été, entre autres, l’emploi des jeunes, la sécurité sociale et économique.Dans cette partie du pays où la pauvreté bat son plein, les actions à impact rapide sont plus qu’attendues pour booster le développement de la province. Patrick Thierry André Kakwata promet de mettre la main à la pâte en accompagnant l’exécutif provincial.

SENSIBILISATION DES CONDUCTEURS DES MOTOS-TAXIS SUR LE RESPECT
DU CODE DE LA ROUTE

Préoccupé par la sécurité routière, à la suite de la fréquence croissante des accidents de circulation à Kolwezi, le député Kakwata a initié des rencontres de sensibilisation avec des chauffeurs. Aumenu, l’application desmesures de prévention. Il s’agit notamment de l’interdiction de téléphoner pendant la conduite, le port de la ceinture de sécurité et le port des casques pour les motocyclistes.
C’est dans ce cadre que les conducteurs des motos-taxis ont présenté leurs doléances à leur élu. Ils ont déploré, entre autres leur marginalisation.
Ainsi, l’élu de Kolwezi a réagi en leur dotant des centaines de gilets fluorescents. Cet équipement va permettre aux conducteurs des motostaxis de circuler en toute sécurité, en sortant du décor, surtout la nuit, en les mettant en exergue.
Pour le président national du Mouvement des Réformateurs Libéraux, MRL, ce don n’est qu’une
première étape d’une série d’actions sociales qu’il entend réaliser à l’endroit de la population de Kolwezi.
Pour rappel, l’activité de transport par moto-taxi s’est intégrée dans les mœurs des populations.Ses avantages que sont, la forte propension à circuler sur les routes en mauvais état, à desservir les zones enclavée s, mais surtout le prix ttaché au service rendu assez compétitif offrent à ce mode de transport une place prépondérante dans le choix du moyen de locomotion de la population.

Mais au-delà du fait que l’activité des motos-taxis s’est avérée être une véritable solution aux problèmes de transports urbains, on ne saurait toute fois maîtriser l’ensemble de difficultés que ce mode de transport induit. Il s’agit notamment des difficultés liées aux conditions de sécurité des personnes et de leurs biens, car le développement de cette activité s’accompagne d’un niveau croissant d’accidents de circulation et de victimes de ces accidents.Ainsi, l’action du président du MRL vise à garantir la sécurité routière, une sécurité qui implique des acteurs d’origines diverses et opérantes à différents niveaux.

Visite des chantiers de la ville

Dans la foulée, l’élu de Kolwezi et président du Mouvement des Réformateurs Libéraux a visité lesdivers chantiers et réalisations du gouvernement provncial du Lualaba en compagnie notamment du gouverneur de province,Richard Muyej Mangez. De l’Athénée en pleine réhabilitation, au Rond point de
l’Indépendance, en passant par l’hôpital de référence


Mwangeji où des travaux de réhabilitation sont également en cours.Le député Kakwata a été satisfait de la détermination de l’exécutif provincial à reconstruire la province.

« Il reste encore beaucoup à faire, certes. Mais déjà les quelques routes asphaltées attestent un début et c’est encourageant et promettant », a-t-il indiqué.

UNIVERSITÉ DE KOLWEZI

Inadmission des étudiants en droit de l’Université de Kolwezi au Barreau de
Lubumbashi: Patrick Thierry André Kakwata interpelle le ministre de l’ESU


Les diplômés de 2016 de la faculté de droit de l’Université de Kolwezi ne sont pas retenus au
barreau de Lubumbashi.Pour l’élu de Kolwezi , Pa-trick Thierry André Kakwata, il s’agit d’une discrimi-
nation qui n’a pas sa raison d’être.
Ainsi, il a enclenché le mécanisme de contrôle parlementaire pour que le ministre de l’ESU éclaire la
représentation nationale sur cette affaire.« Le Barreau de Lubumbashi doit revenir à la raison. Car, la raison du refus de ces étudiants est discriminatoire », a martelé Patrick Thierry André Kakwata.
Appelé à s’expliquer à l’hémicycle du Palais du peuple, en mai dernier,peu avant la clôture de la session de mars 2017, le ministre de l’ESU, Steve Mbikayi a dit n’avoir pas été saisi, à propos, par l’Université de Kolwezi.Steve Mbikayi a ainsi promis de se pencher sur le dossier. Cependant,des sources concordantes, le Barreau de Lubumbashi justifie son refus par le fait que l’Université de Kolwezi n’est pas encore reconnue comme étant une Université à part entière. Une raison que réfute le recteur de l’Université de Kolwezi.

Selon lui, il existe un arrêté du ministre de l’ESU daté de 2010 qui reconnait cet établissement d’enseignement universitaire en tant que tel.ne devrait se poser sur le plan du droit par rapport à la validité des diplômes délivrés.Reconnaissance ou pas, l’évidence c’est que l’Université de Kolwezi est issue de celle de Lubumbashi, pour avoir été au départ une extension. A cet effet, aucun problème.

 

 

 

 

POSITION DU PARTI

MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE
PATRICK THIERRY ANDRÉ KAKWATA PORTE LA VOIX DES PARTIS POLITIQUES EXTRA-PARLEMENTAIRES
Le député national Patrick Thierry André Kakwata Nguza a été choisi par les partis politiques de la Majorité Présidentielle extra-parlementaires comme mandataire. Désormais, cet élu devra porter la voix de ses pairs et présentera leurs revendications et préoccupations non seulement auprès du chef de l’Etat, mais aussi du secrétaire général de la Majorité Présidentielle.

C’était au cours d’une grande activité tenue samedi, 10 décembre 2016 à l’Hôtel Africana Palace,dans la commune de
Lingwala, à Kinshasa. A en croire ces partis politiques extra-parlementaires,le choix porté en la personne de ce haut cadre est motivé par ses interventions notamment, sur la restructuration de la famille politique.Et donc, au regard de la discrimination et de l’injustice que subissent ces partis politiques au sein de leur famille politique, ils ont opté pour Kakwata, qui devra désormais mouiller sa chemise pour que tout le monde soit considéré de la même manière, surtout que le chef de l’État, Joseph Kabila, n’a pas été seulement élu par la majorité parlementaire.Partant d’un adage, il a souligné que dans une même famille, tous les enfants
doivent mériter l’amour de leur parent. Par ailleurs, l’heureux élu est conscient du poids qui pèse sur ses épaules. Pour lui, son seul rôle est de parler au nom de ce groupe au plus haut niveau de sa famille politique qu’est la Majorité présidentielle. Mais, insiste-t-il, ce n’est pas à lui de prendre des décisions. Il jouera plutôt le rôle d’un intermédiaire ou d’un pont entre les deux parties. « Ce n’est pas à moi de prendre des décisions au niveau de la majorité présidentielle. Je crois que nous devons nous dire des vérités en face. Je parlerai en vos noms, et je vous rapporterai des réponses.

Si la réponse est non, je vous regarderai droit dans les yeux et je vous dirai non, si c’est oui, je vous  dirai oui », a-t-il dit avec
franchise. Patrick Thierry André Kakwata parlera désormais au nom des partis politiques extraparlementaires de la majorité parlementaire. Son combat pour la restructuration de la famille politique de Joseph Kabila lui a permis d’avoir la considération de plus d’une cinquantaine des partis politiques de la MP. S’exprimant sur la question, les présidents de ces partis politiques ont expliqué en large leur calvaire. «Nous vivons dans des conditions inacceptables, alors que nous avons le pouvoir. Notre voix n’est pas prise en compte, alors que nous avons des idées pouvant apporter des changements positifs dans la gestion du pays. Mais, personne ne nous écoute. Les gens ont tendance à croire que c’est la majorité parlementaire  qui a le monopole des dé-
cisions, alors que c’est faux », a déploré le président national d’un parti membre de la MP extra-parlementaire. En réponse en ces différentes préoccupations, Patrick Thierry-André Kakwata a appelé les uns et les autres à soutenir, sans faille, la vision du chef de l’Etat, Joseph Kabila, qui est l’Autorité Morale de la Majorité présidentielle.

«Je vous remercie pour le choix porté à ma modeste personne. J’aimerais vous rappeler un principe qui dit « Seul on ne peut rien, mais avec l’appui de tous on peut tout . La Majorité présidentielle est une plateforme qui est bien disciplinée et bien structurée.Nous connaissons tous que nous avons un SG et une Autorité morale à la Majorité présidentielle. Nous sommes tous des extraparlementaires y compris moi. Vous allez vous poser peut-être la question de savoir pour quoi je me dits extra parlementaire, alors que je suis un député national. J’ai été élu sénateur indépendant, élu député national indépendant, le parti a vu le jour en 2015. Aujourd’hui, c’est un parti qui n’a qu’une nnée et neuf mois. Nous avons une même vision, c’est celle de soutenir le chef de l’État, Autorité morale de la Majorité présidentielle, qui est Joseph Kabila Kabange. Nous devons l’accompagner », a-t-il expliqué. L’importance de l’amour En bon père de famille,Patrick Thierry-André Kakwata n’a pas

manqué l’occasion de prêcher l’amour à ces différents Présidents des Partis politiques, membres de la Majorité présidentielle ».
Pour Kakwata, avec un peu d’amour et de volonté, la famille politique de Joseph Kabila peut faire des exploits, en améliorant bien sûr, le social de la population. « Même quand vous avez dix enfants, je crois que l’amour doit être partagé de la même façon. On ne peut pas rejeter un enfant, parce qu’il n’a pas de travail. Tous les enfants méritent la même intensité d’amour. C’est d’ailleurs ce qui explique, aujourd’hui, la péréquation qui milite pour venir en aide aux provinces qui n’arrivent pas à produire. C’est de la même façon au sein de la Majorité présidentielle. Si nous avons des députés, des sénateurs,des députés provinciaux,par péréquation, nous devons aussi prendre en compte des extraparlementaires, car ce sont ceux-là qui ont porté soutien à l’Autorité morale qui est le président de la République. Donc, par péréquation, nous devons aussi tenir compte des extra-parlementaires. Nous devons donc continuer à soutenir la vision du chef de l’État, car c’est notre Autorité morale», a-t-il
déclaré.
L’appel à la paix Du côté de la Majorité extra-parlementaire, l’on est déterminé à faire la vulgarisation de l’appel du chef de l’État quant à la paix en République démocratique du Congo.Patrick Thierry André Kakwata est revenu sur cette question lors des échanges avec d’autres cadres de la Majorité extra-parlementaire. «Le chef de l’État, l’Autorité morale de la Majorité présidentielle, a lancé un appel à la paix. Il a encouragé les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) dans leur mission de bons offices de sorte que tout un chacun se sente très à l’aise en RDC. En tant qu’extrapar-lementaire, nous devons appuyer l’appel de notre Autorité morale. Ne faisons pas preuve d’un silence coupable. Nous devons mettre en place des stratégies de sorte que nous puissions relayer le message de notre Autorité morale. Nous avons la mission de conserver et de consolider le pouvoir mais,seulement à une seule condition, ce que le social de notre population doit être meilleur. Appelons tous les congolais à la paix. On n’a pas besoin de voir le sang couler», a-t-il 

insisté.

LE MRL APPELLE À L’ÉVALUATION URGENTE DU PROCESSUS ÉLECTORAL
La publication d’un calendrier électoral consensuel préoccupe le Mouvement des Réformateurs Libéraux. Cette formation politique attend ainsi du gouvernement, de la Céni et du CNSA une évaluation urgente du processus électoral pour que l’opinion
soit fixée sur les derniers contours devant mener à la tenue des élections démocratiques et apaisées.

Publier, le plus tôt possible, un calendrier électoral consensuel et réaliste pour des élections démocratiques dans un
environnement apaisé,c’est l’appel lancé par le Mouvement des Réformateurs Libéraux (MRL) à la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Cette dernière devra ainsi s’employer dans la synergie d’action avec le gouvernement et le
Conseil national de suivi de l’Accord de la Saint-Sylvestre (CNSA). C’est pour évaluer le processus électoral, a fait savoir le
président du MRL, le député national Patrick Thierry André Kakwata, jeudi 10 août à Kinshasa. Selon lui, au-delà des actions politiques, une vigilance s’impose. C’est ce qui explique l’appel au calme qu’il a lancé à la population avant de souligner la nécessité pour la Céni de fixer définitivement les derniers contours des élections. Ce qui mettra fin aux tergiversations. « Le gouvernement,la Céni et le CNSA doivent fixer l’opinion tant nationale qu’internationale sur les avancées autour de la constitution du fichier électoral et les obstacles rencontrés afin de proposer le plus tôt possible un calendrier électoral con-
sensuel et réaliste qui conduirait la nation vers des élections démocratiques, libres et transparentes dans un environnement, que nous voulons, apaisé», a-t-il déclaré. Pour rappel, la RDC est agitée actuellement par des nombreuses inquié-
tudes et tensions entourant l’organisation de son cycle électoral. Il s’agit du troisième cycle depuis l’adoption de la nouvelle
Constitution en 2006, et qui devait initialement démarrer en 2014 et conduire à l’organisation des élections en décembre 2016.

 

EN HOMMAGE À TSHISEKEDI :
LE MRL EXHORTE LA CLASSE POLITIQUE À L’UNITÉ
La meilleure façon pour les Congolais d’honorer la mémoire de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, c’est de rester unis afin que la cohésion nationale prônée par le président de la République soit une réalité. Cet appel émane du Mouvement des ré-
formateurs libéraux, parti extraparlementaire de la Majorité présidentielle.

L’instruction du chef de l’Etat faite au gouvernement de la République pour assurer des obsèques dignes à l’opposant historique et président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est perçue positivement au sein du Mouvement des réformateurs libéraux (MRL),parti politique membre de la Majorité présidentielle. Pour le MRL, Joseph Kabila qui se met au-dessus de l’antagonisme politique dans ces circonstances douloureuses, honore ainsi la mémoire de l’illustre personnalité qui a lutté toute sa vie pour l’avènement d’un Etat de droit et pour la promotion de la démocratie en République démocratique du
Congo. « Le président Kabila vient de montrer qu’au-delà de nos divergences politiques, nous sommes et restons des frères. Et c’est une leçon dont devrait s’inspirer toute la classe politique à travers la RDC et le monde entier. Le MRL profite de cette occasion pour rendre hommage à M. Etienne Tshisekedi dont le combat pour la démocratie a marqué plusieurs générations », note-t-on dans le communiqué signé par le président du parti, le député national Patrick Thierry André Kakwata Nguza.
Dans la foulée, le MRL présente ses condoléances à la famille biologique de l’illustre disparu et à sa famille politique : l’Udps et le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. « La meilleure façon  pour les congolaises et congolais d’honorer la mémoire de M. Tshisekedi en ce moment où le pays se trouve à la croisée des chemins, c’est de rester
unis afin que la cohésion nationale à laquelle Joseph Kabila appelle de tous ses vœux depuis toujours, soit une réalité palpable », a indiqué le député Kakwata.

Entretemps,depuis février dernier, c’est la plus grande confusion qui règne autour du retour du corps de l’opposant
Etienne Tshisekedi à Kinshasa pour ses obsèques.

Des contradictions se créent et sous-tendent à des tentatives de vouloir tirer un avantage politique de la mort du Sphinx de Limete. C’est un retour qui fait toujours polémique. Et aucune date n’est avancée pour des funérailles.

 

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

MRL PARTI POLITIQUE

GRATUIT
VOIR